BODY POSITIVE : je suis ronde et je le vis bien

Qu’est-ce que le BODY POSITIVE ? 
“ C’est l’idée de s’accepter quel que soit son corps ; C’est un mouvement qui a été créé par des personnes grosses pour avoir enfin des représentations. C’était vraiment l’idée de dire à toutes les femmes : tous vos corps sont très bien.”

Le problème actuellement, c’est qu’il a été phagocyté par des personnes qui subissent le body-shaming mais pas la grossophobie. 

LE BODY SHAMING c’est le fait de commenter, et de critiquer le corps d’autrui. 

LA GROSSOPHOBIE c’est l’ensemble des attitudes et des comportements hostiles qui stigmatisent et discriminent les personnes grosses, en surpoids ou obèses.

Du coup, le message primordial du BODY POSITIVE s’est effacé. 

Maintenant, on retrouve beaucoup ce terme dans la communauté dite “fitness”. On voit beaucoup de femmes notamment sur les réseaux sociaux qui se prennent en photo en montrant un bourrelet pour faire passer le message qu’elles restent belles malgré tout.

Hors cela perd de son sens, car ce n’est pas du tout le but premier du BODY POSITIVE.

Indirectement cette pratique déplace le curseur de la norme vers des corps gros mais complètement normés c’est-à-dire grosse poitrine, fesses développées… Style Marilyn Monroe. 

Pour contrer cela, il est alors apparu le FAT-POSITIVE. 

le FAT-POSITIVE visibilité des personnes grosses, il permet aux personnes grosses non normées d’avoir un espace de représentation, d’écoute et de partage.

le FAT-POSITIVE visibilité des personnes grosses, il permet aux personnes grosses non normées d’avoir un espace de représentation, d’écoute et de partage.

Maintenant que nous avons décrit clairement chaque concept lié au corps. Je voudrais vous parler de ma propre expérience en tant que personne “grosse”.

Mon poids a toujours été un élément de différence avec les autres. J’ai été une enfant précoce. Dès la petite section, j’avais déjà des kilos en trop. En primaire, j’avais déjà de la poitrine, et au collège, j’avais déjà le corps d’une lycéenne. Être ronde, c’est mon quotidien.

Évidemment, quand vous ne ressemblez pas aux enfants de votre âge, vous êtes la cible de nombreuses critiques : “le gros tas, va faire un régime.” 

“Tu es grosse” “Tu ne sais pas courir” etc…

Cela m’arrivait souvent de rentrer en pleur à la maison après une journée d’école. Ma mère qui à l’époque était dépourvue face à la situation. À cherché par tous les moyens de gommer cette différence. Les consultations chez la diététicienne, la pesée de tous mes repas. La retranscription de tout ce que j’avais mangé durant la semaine. L’inscription à des sports divers et variés…. J’ai fait du judo, de la natation et de la danse.

J’avais un régime alimentaire bien strict et si par malheur, j’osais manger en cachette des sucreries comme tous les enfants de mon âge, c’était le cataclysme.  

Un enfant en temps normal, n’a pas une vie aussi rigide qu’un adulte. 

Être enfant, c’est être en plein dans l’apprentissage de la vie, c’est parfois manger  un goûter hyper calorique pour se faire plaisir sans culpabilité. 

Mais pour moi… Il n’y avait pas de place pour les écarts. 

Je vous laisse imaginer le malaise, quand je voyais mes copains déballer à la récréation leurs gâteaux au chocolat et autres friandises. Avec le recul, je comprends et accepte, car il est aussi important de surveiller l’alimentation de son enfant, mais il ne faut pas oublier que ça reste un enfant et non un adulte. J’étais bien loin, des préoccupations d’une enfant de mon âge, et au final, je ne me sentais pas totalement enfant. 

Arrivé au lycée, j’ai changé de moi-même mon alimentation. J’avais banni la viande de mes repas ; mais sans vraiment chercher des alternatives nutritionnelles appropriées. Ce qui a donné lieu à de nombreuses carences. Avec le recul, je me rend compte que ce choix n’avait pas été totalement pris en pleine conscience, mais plutôt comme une voie rapide pour perdre du poids.

Aujourd’hui, j’assume pleinement ses kilos en trop.

Comment ai-je fait ? C’est la question qui revient souvent.

En me détachant de toutes les visions négatives que je pouvais avoir concernant mon physique. Par exemple, sur les réseaux sociaux j’ai commencé à suivre des femmes qui portent fièrement leurs formes comme par exemple Ashley Graham mannequin grande taille internationale. Je la rayonnante et j’arrive même à trouver ses formes sexy. Elle fait partie de ces femmes qui portent fièrement leurs rondeurs et assume à 100%. Tout est une question d’attitude comme disent les Américains !

À partir de ce moment, je me suis demandé quel était réellement le problème ? Avais-je réellement un dégoût pour mon corps ou était-ce lié à l’image que la société me renvoyait constamment ? 

  • Le fait de ne pas trouver des tailles en magasin qui me correspondaient
  • Le fait de ne pas voir des personnes grosses à la télévision
  • Le fait d’avoir des commentaires négatifs “tu es joli, mais si tu perdais un peu de poids tu serais encore plus belle”

Toutes ces choses qui étaient censées me faire croire que je n’étais pas belle parce que j’étais différente de la masse. 

Si j’ai un conseil à vous donner pour gagner en acceptation de soi : regardez-vous nu dans un miroir ! Ça peut-être un exercice bizarre et parfois difficile à réaliser . Mais le fait de prendre pleinement conscience de votre corps et de VOUS prendre comme unique référence ; vous permettra d’identifier ce que vous aimez, et ce, que vous n’aimez pas.

Pour ma part, mes défauts sont devenus des choses acceptables : 

  • mes vergetures ne sont au final que la réaction de mon corps après cet effet YOYO des régimes accumulés. 
  • ma cellulite paraissait tout d’un coup moins présente 

D’ailleurs, mesdames sachez que neuf femmes sur dix ont de la cellulite, et cela, quels que soient leurs poids !

Le corps de la femme contient environ deux fois plus de cellules adipeuses que celui de l’homme : il est génétiquement conçu pour pouvoir stocker des graisses et subvenir aux besoins accrus de l’organisme notamment en période de grossesse ou d’allaitement. 

La graisse est donc située au niveau des hanches, des cuisses et des fesses ce qui correspond à une zone de stockage naturelle.

Sachez que la définition de la beauté est propre à chaque individu. Il n’y a pas de beauté 

universelle. Ce qui vous paraît laid pourra très bien trouver ses lettres de noblesse aux yeux  de quelqu’un d’autre. Je parle notamment des Hommes, car j’étais persuadé qu’aucun homme ne s’intéresserait à une grosse comme moi.

J’ai aussi compris que, si je voulais changer les choses qui me déplaisent, il suffisait de mettre en place des habitudes plus saines comme : 

  • faire du sport au minimum trois fois par semaine pendant 1h
  • manger sainement 

Je tiens tout de même à nuancer mes propos, on ne parle pas ici d’obésité morbide qui met en danger la santé. On parle de personnes rondes ou grosses qui n’ont aucun problème de santé ; car au risque de surprendre certains être rond ne veux pas dire être en mauvaise santé !

L’autre chose que j’ai mise en place pour me libérer de toutes ces pensées négatives. C’était d’arrêter de me comparer aux autres. Et surtout d’arrêter de penser que les autres n’ont pas de complexes. Parfois, on idéalise des femmes qui contrairement à ce qu’elles montrent n’ont pas plus confiance en elles.

Aujourd’hui, je fais 98 kg pour 1m65 et je n’ai jamais autant été épanoui de ma vie. J’ai appris à connaître mon corps, je porte des vêtements qui me mettent en valeur et qui surtout vont à ma morphologie. 

Je suis de plus en plus sur les réseaux sociaux des femmes qui me ressemblent qu’elles soient blogueuses, présentatrice télé, chanteuse comme par exemple Lizzo rappeuse américaine qui bouscule les codes de l’industrie musicale par son talent et son aisance sur scène. Voir ces femmes au quotidien ça me booste et me donne confiance en moi. Je vois des femmes rondes, grosses et belles avec de l’attitude et j’en suis fière !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.