Apprendre à vivre avec le regard des autres quand on est en surpoids

Vivre ensemble, vivre avec les autres c’est le défi de toute une vie ! Nous sommes différents de par nos croyances, notre éducation , nos valeurs et bien sûr notre physique. Le monde est peuplé d’individus tous différents les un des autres. 

Alors comment apprendre à vivre avec ces autres qui n’ont pas les mêmes critères notamment de beauté que nous ?

Quand vous êtes différents de la masse vous êtes la cible car vous ne rentrez pas dans la norme. Lorsqu’on est rond ou gros… on subit souvent le BODY SHAMING et/ou la grossophobie. Pour comprendre un peu plus ces termes je vous invite à écouter l’épisode 12 du podcast.

Ces situations apparaissent dans notre vie de tous les jours. De par l’entourage, les amis… parfois ils ne s’en rendent même pas comptent… et nous savons au fond de nous que ces mots ne sont pas forcément dit pour nous blesser … mais la tournure de phrase et l’impact des mots est telle que que nous en sommes souvent blessés…

Je vais vous raconter deux histoires pour appuyer mes propos. Je précise que les noms ou les situations ont étés modifiées pour préserver l’anonymat de certaines personnes.

Pour la première : Imaginez l’histoire, Un après-midi dans un supermarché. J’ai été avec une ami faire quelques courses. En me promenant au travers des rayons pour remplir mon caddie je me suis arrêté devant une promotion de crème glacé. Sachez que je ne suis pas du tout confiseries, soda… ma mère comme je vous l’ai dit dans le précédent épisode a toujours tenu à ce que nous ayons à la maison une alimentation saine. Du coup je n’ai jamais été habitué à consommer des aliments gras et autre sucreries. Mais cette fois, j’avais envie de sucré, et de léger à déguster devant une bonne série Netflix. 

Mon ami m’a rejointe en me disant :

“tu ne vas quand même pas t’acheter ce pot de glace ?”

Je lui est répondu naturellement :

“et pourquoi pas ? “

“Sicy n’oublie pas que tu as quelques kilos en trop et je pense que ça ne te ferais pas de mal de ne pas en manger”

“t’inquiètes Sam, j’ai une alimentation saine je mange des fibres, des fruit, des légumes… je me sens bien dans mon corps et ce n’est certainement pas un écart qui me tuera”.

Sa réponse aussi glaciale aurait pu l’être a été : “ de toute les façons Vous les gros vous dites toujours ce type de phrases pour vous trouver des excuses et vous donner bonne conscience”

Cette réponse m’a sidérée…

J’ai eu le sentiment que je n’avais pas le droit aux écarts. Que du fait de ma corpulence je ne pouvais pas me faire plaisir de temps en temps. Je pense que toute personne qui a des kilos en trop comprendra ce sentiment…C’est vrai… qui d’entre vous ne s’est jamais fait dévisager du regard dès qu’il osait mangé en public un truc de pas très diet ?  Ou comme moi, avec cet exemple, s’est fait lyncher pour avoir mis quelques gâteries dans son caddie de course ? 

Attention je tiens à modérer mes propos. On ne parle bien ici d’une alimentation saine au quotidien avec un petit écart de temps à autre. On parle de quelqu’un qui a juste envie comme tout le monde de se faire parfois plaisir. 

Autre histoire : Imaginez vous dans une fête de famille. Événement annuel où on prend le temps de se voir, discuter autour d’un bon repas et se créer de nombreux souvenirs. C’est aussi le moment de voir la famille éloigné… Et bien cette année il y a cette tante, que vous n’avez pas vu depuis très longtemps qui vous salue en vous disant : “ébé ou pa pati ich mwen…” comprenez pour ceux qui ne comprennent pas le créole “tu n’es pas mince ma jolie” . Cette remarque s’accompagne d’un geste ferme des mains contre votre peau, comme si elle pouvait défaire la graisse qui s’y était logé. 

À rajouter à cette anecdote, l’assemblé qui rigole naturellement de cette jolie intervention. 

Au fond de vous vous l’avez mauvaise… mais… c’est la famille. Je me vois mal reprendre mes tantes car pour moi les anciens, comme on dit chez nous aux Antilles, c’est sacré. 

En plus je voyais mes proches qui acquièrent alors cela ne me donnais pas le courage.

Ces histoires m’ont à l’époque je dois l’avouer, beaucoup blessés.

Mais avec le recul, Je me suis rendu compte qu’au final ce n’était pas moi le problème. C’était les autres. Les autres qui n’arrivent pas à accepter que quelqu’un puisse se sentir bien dans une taille 44, 46 ou 50.

ET Les autres qui ce permettent d’avoir des remarques déplacées envers ceux qui sont différents de la norme.

Je vous pose maintenant une question… Quelle place accordez-vous aux autres dans votre vie ? Vous aimez-vous assez pour pouvoir interdire aux autres de vous déstabiliser avec leurs avis ? 

Après m’être MOI-MÊME posé cette question… j’ai su faire preuve de détachement…

À partir de ce jour. C’est moi qui donnerait importance ou pas à ce que les autres me diraient…

JE me sens belle avec mes rondeurs et c’est à prendre ou a laisser.

J’ai appris à ne plus prendre  à coeur les remarques désobligeantes vis à vis de mon poids parce que d’une part j’ai compris que les beaucoup de personnes manquent de tact c’est un fait. D’autre part, je suis la seule référence pour définir ce qui me rend heureuse physiquement ou pas.

Mais Comment faire preuve de détachement ? 

En accordant peu de crédit à l’avis des autres. Et aujourd’hui, en éveillant les consciences. 

Si quelques années plutôt je ne répondais pas à ces remarques. Maintenant je sensibilise ma famille, mes proches et collègues en attirant l’attention sur les problèmes réels que rencontrent les personnes à forte corpulence. 

Je rappel aussi les différentes formes de discriminations qu’elle subissent.. dans les études, l’accès à l’emploi… et même dans la langue française. 

«Aux origines phonétiques de « gro », on a grotesque, grossier… 

Selon le compte Twitter @GrosCorpsSocial cela ferait penser que la langue française a quelque chose de stigmatisant envers les personnes grosses.

Malheureusement si ces mentalités n’évoluent pas, il est probable que la société assiste au renforcement de la communautarisation des personnes obèses. or nous devons apprendre à vivre tous ensemble en acceptant la différence chez chacun. 

Apprenons aussi, qu’il est important de respecter les autres dans leurs individualités. Si on a une remarque à faire il faut savoir utiliser les bons mots. car n’oublions pas qu’ils ont le pouvoir de mettre mal à l’aise quelqu’un. être maladroit ça peut arriver parce qu’on est hors du problème, qu’on ne le connais pas, qu’on est pas confronté à ça tout les jours.

Mais ce n’est pas une raison pour donner son avis sans penser aux conséquences.

Le détachement passe aussi par la mise en pratique.

outre le travail mental à faire sur soi même il est aussi important de mettre des choses en place et de se confronter.

Comme par exemple :

  • oser se mettre en maillot de bain à la plage
  • pourquoi pas faire un shooting nu avec un photographe professionnel puis regarder ses photos avec bienveillance 

je sais que ce sont des exercices difficiles à faire. mais si vous ne mettez pas concrètement des actes en place. Le fait de faire des exercices de confiance en soi comme par exemple celui du miroir et des affirmations positives tels que : “je suis belle” “je m’aime” n’aura aucun intérêt. 

et j’ai envie de rajouter qu’il vous faut vous retrouver avec vous même. en faisant plus attention à vous, en vous chouchoutant au quotidien. en prenant soin de votre corps. Ce sera d’ailleurs le thème du prochain épisode.

Ce corps il est à vous, et il vous suivra jusqu’à la fin, aimez le, chérissez-le car vous n’en aurez qu’un ! C’était Think Like A Woman avec Sicymood. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.